Il est normal que les jeunes enfants mouillent leur lit pendant la nuit. La plupart des petits ayant entre 2 ans et 4 ans contrôlent leur vessie le jour, mais il faut compter plusieurs mois de plus, parfois même quelques années, avant qu’ils puissent la maîtriser la nuit. Pour des raisons que l’on ignore encore, certains enfants ont plus de difficulté que d’autres à faire cet apprentissage. Les chercheurs croient que des facteurs héréditaires sont peut-être en cause : un petit dont les deux parents ont fait de l’énurésie nocturne dans leur enfance a environ 65 % de possibilité d’en faire aussi. On estime que 15 % des enfants de 5 ans mouillent régulièrement leur lit. De 6 % à 8 % le mouillent encore à l’âge de 8 ans.

Un tel retard dans l’apprentissage de la maîtrise de sa vessie durant son sommeil n’est généralement pas le signe d’une maladie physiologique ni d’un trouble émotionnel ni d’un trouble cognitif. Il s’agit plutôt d’une étape de la croissance à franchir, et l’énurésie nocturne disparaît habituellement d’elle-même avec le temps.

Bref, l’énurésie nocturne n’est pas une maladie. Les seuls risques que votre enfant court, c’est de souffrir d’une blessure de l’estime de soi. Il faut donc éviter de le culpabiliser.

Dans des cas plus rares - particulièrement si l’énurésie survient après que l’enfant a maîtrisé sa vessie la nuit durant 6 mois au moins -, on peut soupçonner une cause physiologique (infection urinaire, diabète de type 1, apnée du sommeil, etc.) ou psychologique (stress, trouble du comportement, etc.). Faire pipi au lit peut être une réaction à un stress que l’enfant vit. L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur, la fréquentation d’une nouvelle garderie, etc., peuvent déclencher l’énurésie ou l’aggraver.

Que faire à la maison?

  • Souvenez-vous que l’énurésie nocturne est involontaire. Il serait donc injuste et mauvais de punir ou de gronder votre enfant lorsqu’il mouille son lit.
  • Essayez de limiter la quantité de liquide qu’il absorbe durant la soirée. Il doit éviter, notamment, les boissons qui renferment de la caféine (les colas, par exemple).
  • Habituez-le à faire pipi avant d’aller au lit.
  • Évitez de lui mettre une couche : faites-lui plutôt porter une culotte d’entraînement ou des sous-vêtements épais, selon son âge.
  • Placez une housse de matelas en plastique sous le drap du dessous afin de protéger le matelas. Insérez une grande serviette entre la housse et le drap pour mieux absorber l’urine.
  • Il n’est pas nécessaire de changer un enfant endormi dès qu’il mouille son lit. Il est plus important que tout le monde profite d’une bonne nuit de sommeil. Toutefois, laissez une serviette, un drap et un pyjama de rechange près de son lit pour le moment où il se réveillera.
  • Installez des veilleuses pour qu’il puisse se rendre facilement aux toilettes pendant la nuit.
  • Afin de prévenir les irritations de la peau, aidez-le à bien se laver le matin. Au besoin, enduisez ses fesses et ses organes génitaux de gelée de pétrole au moment du coucher.
  • Lorsqu’il fait de l’énurésie nocturne, incitez-le à participer au nettoyage (changement de la literie; rinçage des draps, des serviettes et des pyjamas souillés, etc.). Ne lui présentez pas ces tâches comme une punition : offrez-lui plutôt de vous aider (il se sentira moins coupable).
Un peu de soutien:Le fait de mouiller son lit est frustrant et pénible pour l’enfant aussi.
  • Félicitez-le lorsqu’il ne mouille pas son lit la nuit.
  • Soutenez-le. Dites-lui que vous savez que ce n’est pas sa faute et que beaucoup d’enfants mettent du temps à contrôler ce genre de situation.
  • Ne vous attendez pas à trop, trop vite. Ne le punissez pas et ne l’humiliez pas. Cela ne ferait qu’empirer les choses.
  • Si votre enfant commence à avoir honte de mouiller son lit ou si vous pensez que la situation dure depuis trop longtemps, consultez son pédiatre pour qu’il vous donne des conseils plus spécifiques.