L’hypoglycémie se définit comme une baisse du taux de sucre dans le sang au-dessous de 4 mmol/L, avec ou sans symptômes.


Personnes à risque

Certaines personnes diabétiques sont plus à risque d’hypoglycémie que d’autres :

  • Celles traitées avec de l’insuline.
  • Celles traitées avec des médicaments qui augmentent la production d’insuline par le pancréas 

Symptômes

Les symptômes de l’hypoglycémie se divisent en deux catégories.

Symptômes causés par la sécrétion d’adrénaline (adrénergiques)

Ils sont habituellement les premiers à apparaître et on peut les qualifier de « signaux d’alarme »:

  • Tremblements
  • Palpitations
  • Transpiration
  • Anxiété
  • Faim
  • Nausées
  • Picotements
  • Pâleur

Symptômes causés par un manque de glucose au cerveau (neuroglycopéniques).

Si rien n’est fait, les symptômes suivants peuvent se manifester :

  • Troubles de concentration
  • Changement d’humeur
  • Confusion
  • Faiblesse
  • Somnolence
  • Vision embrouillée
  • Troubles de la parole
  • Maux de tête
  • Étourdissements

Par ailleurs, si l’hypoglycémie survient durant la nuit, il est possible d’avoir ces manifestations :

  • Transpiration abondante
  • Cauchemars
  • Sommeil agité
  • Maux de tête au réveil

Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre et d’un épisode à l’autre. Parfois, il arrive qu’aucun symptôme ne se manifeste, entre autres chez les personnes diabétiques de longue date ou si la glycémie diminue lentement.


3 niveaux de gravité

Hypoglycémie légère

  • Symptômes provoqués par la production d’adrénaline;
  • La personne est capable de se traiter elle-même.

Hypoglycémie modérée 

  • Symptômes provoqués par la production d’adrénaline et par un manque de glucose au cerveau;
  • La personne est capable de se traiter elle-même   
  • Glycémie généralement inférieure à 2,8 mmol/L;
  • La personne a besoin d’aide pour traiter l’hypoglycémie;
  • La personne peut perdre conscience.

Certaines personnes diabétiques sont à risque d’hypoglycémie sévère:

  • Celles qui ont déjà présenté une hypoglycémie sévère;
  • Celles dont l’hémoglobine glyquée est inférieure à 6 % (type 1);
  • Celles qui ne perçoivent pas leurs hypoglycémies;
  • Celles dont le diabète est présent depuis plusieurs années (type 1);
  • Celles qui ont une atteinte des nerfs (neuropathie);
  • Les enfants d’âge préscolaire et les adolescents (type 1);
  • Celles qui ont des hypoglycémies à répétition;
  • Celles qui ont une insuffisance hépatique (relative au foie) ou rénale.

Causes

La plupart des hypoglycémies sont causées par des actions liées à la gestion du diabète.  Par exemple, cela peut être dû à :

  • Un manque de glucides, suite à une collation ou un repas qui est omis ou retardé, un repas qui contient moins de glucides que ce qui est prévu ou bien une erreur dans le décompte des glucides consommés;
  • Le stress psychologique ou physique (ex. : changements hormonaux);
  • Une erreur dans l’horaire ou la dose d’insuline ou de médicaments pour traiter le diabète;
  • Un surplus d’activité physique, soit au niveau de la durée ou de l’intensité de l’effort;
  • L’alcool consommé sans prise d’aliments;

Il est à noter que l’effet hypoglycémiant de l’activité physique ou de l’alcool peut se prolonger jusqu’à 24 heures.


Prévention

Il est important de prendre les moyens nécessaires pour prévenir l’hypoglycémie, car :

  • À court terme, la confusion ou l’évanouissement peuvent entraîner une chute ou un accident.
  • À long terme, les hypoglycémies répétées peuvent avoir des conséquences sérieuses sur la santé.

Voici quelques recommandations pour prévenir l’hypoglycémie :

  • Respecter son plan d’alimentation quant à  la quantité de glucides à consommer;
  • Respecter l’horaire des repas et des collations;
  • Prendre l’insuline ou la médication telle que prescrite;
  • Mesurer sa glycémie régulièrement et  ajuster le traitement si nécessaire, tel que recommandé;
  • Faire les ajustements nécessaires au niveau de l’alimentation ou de l’insuline, selon les recommandations de l’équipe de soins, s’il y a une augmentation de l’activité physique ou lors d’une activité physique non planifiée;
  • Éviter de consommer de l’alcool sans prise d’aliments;
  • Vérifier, auprès d’un pharmacien, l’effet sur la glycémie de tout médicament vendu sans ordonnance ou produit de santé naturel, avant de débuter la consommation.

Précautions

 À ces mesures préventives peuvent s’ajouter certaines précautions :

  • Avoir toujours sur soi des réserves de sucre et des collations;
  • Porter une identification mentionnant qu’on est atteint de diabète;
  • Garder, en tout temps, son lecteur de glycémie à portée de la main;
  • Demander au médecin une ordonnance de glucagon, hormone produite par le pancréas, qui augmente le taux de glucose dans le sang et qui peut être injectée à la personne traitée à l’insuline qui présente une hypoglycémie sévère;
  • Informer l’entourage sur les symptômes, l’utilisation du lecteur de glycémie et le traitement de l’hypoglycémie;
  • S’assurer que l’entourage a reçu un enseignement sur l’administration du glucagon par un professionnel de la santé et qu’il sait où est entreposé le glucagon;
  • Noter la date d’expiration du glucagon et se procurer une nouvelle trousse, lorsque périmé.

En résumé, l’hypoglycémie est une situation sérieuse qu’il ne faut pas banaliser. Elle peut être une source d’inquiétude et c’est pourquoi il est important de consulter un professionnel de la santé pour apprendre à bien la reconnaître, la traiter rapidement et prendre les moyens pour la prévenir. C’est votre qualité de vie qui s’en verra améliorée!